Retour au inspirations


Santorini



Qui n’a pas vu des images de Santorini? Plusieurs entre vous ont peut-être déjà visité cette magnifique île. Santorini, c’est une vraie carte postale avec ses maisons blanches et crème, avec le bleu des coupoles de ses églises, avec ses plages de sable noir, avec un ciel et une mer si bleu qu’on n’en croit pas ses yeux.

Son histoire, est aussi riche et mystérieuse que celle de la Grèce toute entière.

C’est suite à une puissante éruption en 1450 av J.C, qui lui a fallu cette forme d’un croissant, qu’est née une des légendes que Santorini était le Royaume perdu de l’Atlantide. Les Doriens qui occupaient cette île au VII s. av J.C. l’ont appelé Thira. Et même si au XIII siècle quand elle a été conquise par les Vénitiens elle a changé son nom en devenant Santorini, le vieux nom Thira ou Fira (en grecque) est resté et est devenu le nom de la ville principale de cette île. Ce qui est très impressionnant, c’est qu’elle a été complètement reconstruite après le séisme de 1956. Et maintenant, elle y règne encore comme toujours taillée dans la falaise volcanique.

Cette ïle est presque entièrement piétonne comme d’ailleurs toutes les îles des Cyclades. Et c’est très intéressant de la découvrir…
Des rues étroites, de pittoresques hôtels, de petits cafés et restos (j’ai adoré manger du poisson là-bas… humm… que c’est bon).
La rue que vous ne pouvez pas manquer, la plus spectaculaire, celle qui mène vers une grande Église blanche avec un dôme bleu, qui est devenu le symbole de Santorini.
Une autre ville ou plutôt village – Oia, village de pécheurs, connue pour ses maisons blanches, bleu et ocre.
Et pour moi, l’historienne, l’endroit le plus spectaculaire était Arkotiri. Un site qui est resté 3500 ans sous des cendres volcanique qui a tout très bien préservé. Imaginez des maisons de 2-3 étages, des rues, le moulin, des fresques, etc.…

Et j’arrête…. Parce que l’histoire n’a pas de fin…

Et si un jour vous allez avoir cette chance de visiter Santorini après toute vos promenades, vos découvertes, le soir asseyiez-vous sur une terrasse en sirotant un des innombrables cocktails qu’on va vous préparer pour voir le plus magnifique des couchers de soleil que j’ai vu dans ma vie…

Et pour vous changer les idées, voici la chronique d’Annie Quintin…

______________________________________

Les petits détails - par Annie Quintin

Lorsque Marina m’a approchée pour vous parler des petits détails que je mets ici et là sur mes pages de scrapbooking, je me demandais bien ce qu’elle entendait par là. Qu’est-ce que j’avais à dire? Pourquoi me le demander à moi? Comment écrire un texte sur les petits détails sans tomber dans une énumération de trucs et de bidules de scrapbooking à utiliser? C’est en me penchant sur mes propres créations que j’ai réalisé pourquoi elle m’avait fait cette proposition. C’est bien vrai que mes pages sont détaillées! Je peux dire que dans mon processus de création, fignoler et ajouter des petits détails personnels est la partie du scrapbooking qui me passionne le plus. En fait, ça me détend! C’est avec un œil différent que j’ai pris des photos des éléments en gros plan. Ce que je vais vous présenter, c’est bien humblement mes pages au microscopes (ou presque!) avec quelques petits commentaires. Une image vaut mille mots… et quarante-deux images valent… euh… On y va!?

Jouer avec le motif du papier.
Que ce soit comme départ à une page ou lorsque je suis rendue à fignoler les détails. Je me sers souvent du papier de différentes façons. Voici quelques trucs…

Se servir d’un motif à pois pour insérer des œillets. À noter que je n’y vais pas de façon régulière. Je mélange les couleurs et j’y vais spontanément sans compter le nombre et les espaces entre les éléments.



On peut aussi simplement se servir d’un motif pour en créer un autre. Ici, les cercles deviennent des fleurs.



J’aime beaucoup retracer une forme avec mon crayon Zig noir. Ça a pour effet de faire ressortir le motif du papier. C’est aussi super pour donner du « punch » à des couleurs pastel.



Un truc pour ajouter de la texture? Mouiller les côtés votre papier à motif avec votre doigt (que vous aurez trempé dans un verre d’eau) et gratter le papier. Effet déchiré et texturé garanti!



Pour « puncher » le papier et donner un effet disons plus freestyle à votre page, découpez le papier grossièrement et…croche!



Encore des rebords mouillés… Vous pouvez roulez votre carton Bazzill vers l’intérieur en le travaillant avec vos doigts.



Ici, c’est simplement un exemple d’une façon de jouer avec le motif du fond. J’ai retracé la forme au crayon pour pouvoir y mettre des boutons.



Et ici aussi, j’ai fait ressortir le motif du papier au crayon.



Le crayon

Je ne peux pas me passer des mes crayons lorsque je fais mes pages! Ils sont essentiels pour faire ressortir des éléments, les mettre en valeur et créer des contrastes.

Ici une simple bordure festonnée double pour rappeler le rose du chipboard.



Trois petites touches de crayon zig et de crayon blanc Uni-ball Signo pour aller avec les fleurs du papier Bobarbo.



Des attaches parisiennes placées par groupe de trois. J’aime bien encercler les embellissements!



Avec un crayon permanent à pointe moyenne, on peut créer ses propres boutons. C’est aussi très amusant!



Des lignes fines tracées ici pour délimiter le papier



Mon crayon permanent me sert aussi à créer des bordures de photo. Votre tracé n’a pas besoin d’être droit. Comme vous pouvez voir, je me sers du fait que je suis maladroite pour tracer croche. Ça ajoute un peu de mouvement.



Double tracé pour délimiter le lettrage découpé à la main.



Encore ici, des embellissements encerclés. Ça m’amuse faut croire!



Avec les boutons, le tracé de crayon, créé un cadre autour de la photo.



Modifier les embellissements

Il y a une foule de trucs que l’ont peu faire avec nos embellissements. Ça me passionne d’essayer de nouveaux trucs. Il y a tellement de possibilités. Voici quelques idées.

Vous pouvez couvrir vos chipboards avec de la dentelle. (Ah moi et la dentelle… la la la)



Contourner une forme avec des attaches parisiennes…



Ou simplement placer des brillants à l’intérieur



Ici, encore le crayon permanent (mais elle n’est pas organisée la fille!) sur des fleurs de plastique. Et voilà de nouveaux embellissements « faits maison



Un coin de photo trouvé chez ma mère. Je l’ai peinturé et recouvert de glitter.



Ok pourquoi cette photo? Euh… vous pouvez coudre à la main. Juste au cas où vous le saviez pas… euh… hihi



Ici, une tonne de chipboards que j’ai encrés. Donc je les ai garnis de pierres décoratives, d’autocollants, de crayonnage, de rub ons, de traits de crayons gel brillant.



Vous avez essayé le médium à craqueler de la marque Rangers?



Des attaches parisiennes de différents fournisseurs. Il ne faut pas avoir peur de faire des mélanges.



Voilà un chipboard que j’ai recouvert de pierres décoratives pour ajouter de la texture et que j’ai couvert de peinture par la suite.



Encore un chipboard! Maintenant, il est couvert de brillant.



Mes amis les rub-ons!

Faciles à utiliser et polyvalents. Les rub-ons sont très amusants… s’ils sont de qualité, bien entendu!

Ici j’ai utilisé le crayon blanc dans un rub-on noir.



J’ai gratté des rub-ons sur un bouton. (J’aurais pu mettre ça dans la partie modifier vos embellissements… Ah… elle n’est pas organisée la fille!)



Des rub-ons de Bobarbo transféré tel quel sur une photo.



Des rub-ons sur un chipboard. Pourquoi pas? Si on fait une gaffe, ce n’est pas grave. Ça fera un effet irrégulier intéressant.



Tracer autour du rub-ons pour le faire ressortir. J’ai ti assez dit que j’aimais faire ressortir les affaires à grands coups de crayon? 



Autres petits détails

Aaaah de la dentelle. Une simple bande… ou sur plusieurs étages. Effet chic romantique garanti!



Jouer avec les formes de ruban… J’ai découpé le ruban pour suivre le motif.



Je recommence à m’amuser avec la peinture. Ici, j’ai délimité le tour du papier avec de la peinture un brin plus foncée que le fond. Un trait de crayon et quelques coups de Chizzle-it pour gratter le tout.



Une roulette pour patron trempée dans la peinture pour faire l’effet d’une fausse couture. Un truc vu dans la revue Scrapbook Answers.



Le même outil utilisé sur une photo.



Des formes étampées. On oublie de les utiliser nos vilaines étampes!



Un petit focus ici qui montre un mélange de papier, différentes couleurs, du crayonnage, des superpositions et l’utilisation d’attaches parisiennes. On peut en faire pas mal dans un même bloc sans que ce soit chargé.



Mais la question avec un gros Q est… …

Mais avec tous ces petits détails un peu partout comme faire pour garder le focus sur ce qu’il y a de plus important, c’est-à-dire : la photo? Le truc que j’utilise souvent sur mes créations, c’est le principe du triangle visuel qui est en fait, une technique de design. C’est une dimension que j’ai appris à maîtriser par essais et erreurs, mais aussi en lisant des analyses de pages dans la revue Scrapbook Answers qui n’existe malheureusement plus. Le triangle, vous pouvez le voir partout en décoration d’intérieur, dans les publicités, etc. L’idée du triangle visuel est d’utiliser la répétition d’éléments et/ou de couleurs de sorte à diriger le regard vers le sujet de notre choix, donc en scrapbooking, c’est la photo! Donc souvent, j’utilise trois éléments de la même couleur pour créer un point de focus sur la photo.

En voici un exemple. Sur cette page (Tel que paru dans le magazine Style & Scrap du printemps 2007)



vous pouvez voir multiples petits détails et embellissements, en plus de quatre papiers aux motifs différents. Pourquoi n’a-t-on d’yeux que pour la photo? Sincèrement, je n’ai aucun mérite… J’ai même triché! Oui, oui! C’est l’utilisation consciencieuse de trois éléments qui aident l’œil à ne pas être confus. Et le centre de la photo est bien entendu : la photo!
(Tel que paru dans le magazine Style & Scrap du printemps 2007)


Un autre exemple… Voilà une page disons plus « freestyle » que la précédente



J’ai disposé un peu partout un ensemble d’éléments : papiers à motif, couture, peinture, boutons, fleurs, journaling. Vous pouvez voir différents triangles visuels. C’est le meilleur moyen d’éviter la confusion et de capter l’attention vers l’essentiel peu importe le nombre d’embellissements et de petits détails que nous utilisons.



J’espère que ce voyage microscopique au cœur de mes pages, vous a plu. Maintenant, je suis démasquée. Je vous ai tout révélé et je n’ai plus de secret!



Kits  |  À propos  |  Inspiration  |  Invité(e)s  |  Galerie  |  Nouvelles  |  Contact
© Scrapmagie, 2006-2018. Tous droits réservés.

 
Le scrapbooking : loisir créatif pour créer vos albums photos et préserver vos photographies dans des conditions d'archive. Boutique, achat en ligne. Best Scrapbooking Sites.com